À propos de Benoît NOËL et de ses amis

Agenda Benoît NOËL 2004
février 1, 2016 damir

Agenda Benoît NOËL

Enseignant en Communication Visuelle à l’Académie Charpentier – Paris
CONFÉRENCES OU CONVENTIONS DES SECOND ET TROISIÈME TRIMESTRES 2004

Lundi 5 janvier 2004
Conférence La Grenouillère-phénix
Université Inter-Âges de Basse-Normandie
Antenne des Andaines, Centre d’Animation de Bagnoles-de-L’Orne, 14H30.
Après avoir brûlé en 1889, la Grenouillère renaît de ses cendres et le bal se poursuit jusqu’en 1928, date d’arasement du camembert. Félicien Rops, Giovanni Boldini, Giuseppe de Nittis, Théophile-Alexandre Steinlen, André Derain ou Maurice de Vlaminck ont peint cet avant et cet après. Aujourd’hui, la Grenouillère est le symbole d’un âge d’or révolu où l’homme était encore en phase avec la nature…

Ce poème de Guillaume Apollinaire, la Grenouillère paraît dans la revue Vers et Prose d’octobre-décembre 1913. Il sera mis en musique par Francis Poulenc, en 1919, sous le nom de l’Embarquement pour Cythère, pièce pour deux pianos.
Au bord de l’île on voit / Les canots vides qui s’entrecognent / Et maintenant, / Ni le dimanche ni les jours de la semaine / Ni les peintres, ni Maupassant ne se promènent / Bras nus sur leurs canots avec des femmes à grosses poitrines / Et bêtes comme chou / Petits bateaux vous me faites bien de la peine / Au bord de l’île…

Lundi 12 janvier 2004
Conférence L’Absinthe, muse des peintres? (seconde partie : de Gauguin à Picasso)
Université Inter-Âges de Basse-Normandie
Antenne d’Avranches, Théâtre, 14H30.
L’absinthe n’a-t-elle suscité que des œuvres à sa gloire ? Méritait-elle ses surnoms d’Hydre verte ou de Mère des Apaches ? Oui, un peu d’absinthe étrille le Mozart qui sommeille en vous et trop l’assassine. Non, l’absinthe ne contient pas de gentiane. Oui, il existe un génie du flacon mais il n’y a pas de Dieu des ivrognes. Non, l’absinthe n’est pas forcément amère. Oui, un ouvrier absinthique renonce à se syndiquer comme le craignait Zola. Paul Gauguin confiait-il sa bouteille d’absinthe à la fraîcheur d’un puits océanien ? Le bitter du Jura est-il un philtre amoureux ou un fluide visionnaire ? Cette conférence répond à toutes ces énigmes via les chefs-d’œuvre de la peinture signés Gauguin, Munch, Béraud ou Picasso…

Lundi 19 janvier 2004
Conférence De Port-Marly à Marly-le-Roy en grimpant vers Louveciennes…
Université Inter-Âges de Basse-Normandie
Antenne de Flers, Centre Madeleine Louaintier, 14H30.
Sur les pas de Camille Pissarro et Alfred Sisley avec des guides nommés Guy de Maupassant ou Auguste Strindberg. Du pavillon Henri IV de Saint-Germain en Laye à la Machine de Marly, du Cœur-volant à l’Aqueduc de Louveciennes ou de l’Île Fleurie de Carrières-sur-Seine aux arbres de Robinson des dernières guinguettes de Seine…

Extrait de Bel-Ami de Guy de Maupassant, roman paru dans le Gil-Blas illustré en 1885 :
On allait déjeuner à Saint-Germain, au pavillon Henri-IV. (…)
Le déjeuner fut long. Avant de repartir pour Paris, Georges proposa de faire un tour sur la terrasse.
On s’arrêta d’abord pour examiner la vue. Tout le monde se mit en ligne le long du mur et on s’extasia sur l’étendue de l’horizon. La Seine, au pied d’une longue colline, coulait vers Maisons-Laffitte, comme un immense serpent couché dans la verdure. À droite, sur le sommet de la côte, l’aqueduc de Marly projetait sur le ciel son profil énorme de chenille à grandes pattes, et Marly disparaissait, au-dessous, dans un épais bouquet d’arbres.
Par la plaine immense qui s’étendait en face, on voyait des villages, de place en place. Les pièces d’eau du Vésinet faisaient des taches nettes et propres dans la maigre verdure de la petite forêt. À gauche, tout au loin, on apercevait en l’air le clocher pointu de Sartrouville.
Walter déclara : On ne peut trouver nulle part au monde un semblable panorama. Il n’y en a pas un pareil en Suisse.
Puis on se mit en marche pour faire une promenade et jouir un peu de cette perspective.

Lundi 26 janvier 2004
Conférence Ferdinand Bac, le confesseur de ces dames
Association des Amis des Musées de Lisieux
Espace Victor Hugo, 14H30.
Le caricaturiste (les belles de nuit 1900 de Bac, dites les bacchantes) et le mémorialiste ont occulté le décorateur d’avant-garde et l’orfèvre philosophe des jardins. Qui n’a visité les vestiges de ces paradis terrestres que furent ses créations de Menton et Compiègne ne peut deviner l’artiste masqué par la diversité de ses dons. Il importe néanmoins de redécouvrir aussi l’humoriste comme le mémorialiste. De nouille, son trait s’est affermi jusqu’à cingler tel le fouet des cochers. Couchant sur le papier les récits vécus de son père, ses chroniques vivantes vont du début du XIXè siècle à la moitié du siècle suivant…

Lundi 9 février 2004
Conférence Félicien Rops, la rebuveuse d’absinthe
Association des Amis des Musées de Lisieux
Espace Victor Hugo, 14H30.
Le jeune Félicien Rops vénérait Courbet. Son Enterrement en Pays wallon (1858), point d’orgue de sa carrière belge est un hommage explicite à Un enterrement à Ornans (1849-50). L’enfant de Namur s’était fait un nom dans la caricature comme dans la peinture, mais il estimait la Belgique provinciale et rêvait de Paris, la Babylone moderne. Il y deviendra un prince de la gravure fantastique…

Dimanche 7 mars 2004
Séance de Ciné-Club autour du film Pollock d’Ed Harris, avec Ed Harris, Marcia Gay Harden et Bud Cort, 2003.
Séance proposée par l’Association des Amis des Musées de Lisieux, 14H30, présentation et débat animés par B. NOËL.
Figure majeure de l’Expressionnisme et, plus particulièrement de l’Action Painting américain, Jackson Pollock (1912-56) laisse de vastes compositions abstraites dont on débat encore pour savoir s’il s’agit de visions microscopiques ou macroscopiques du monde, du labyrinthe neuronal du cerveau ou de nuées cosmiques. Pollock s’inspira des dessins éphémères des Indiens à même le sable et réinventa le «dripping» de Max Ernst. Jusqu’ici, l’on ne disposait que des photographies et des films d’Hans Namuth pour saisir la portée de ces folles sarabandes autour de la toile, il en va désormais tout autrement, avec le film habité d’Ed Harris.

Lundi 15 mars 2004
Conférence La Grenouillère, Trouville des bords de Seine
Université Inter-Âges de Basse-Normandie
Antenne d’Avranches, Théâtre, 14H30.
Cette oasis de verdure, grande comme un mouchoir de poche, fut le point de ralliement des canotiers enragés, nageurs naturistes et danseurs chahuteurs de 1830 à 1914. On venait y fuir la ville tentaculaire, l’industrialisation galopante, et se délasser au vert dans les guinguettes, hors la zone de la banlieue. Claude Monet ou Pierre-Auguste Renoir en immortalisant sur toiles ce bain froid de pleine eau ont inventé le paysage impressionniste. Guy de Maupassant évoque également son improbable mélange d’aristocrates et de rapins farceurs dans ses nouvelles. Il y cultivait personnellement ses rêves de croisière et sa nostalgie de la mer, et lorsqu’il était trop oppressé, il ramait en bonne compagnie, dans sa direction…

Lundi 22 mars 2004
Conférence La Grenouillère-phénix
Université Inter-Âges de Basse-Normandie
Antenne d’Avranches, Théâtre, 14H30.
Après avoir brûlé en 1889, la Grenouillère renaît de ses cendres et le bal se poursuit jusqu’en 1928, date d’arasement du camembert. Félicien Rops, Giovanni Boldini, Giuseppe de Nittis, Théophile-Alexandre Steinlen, André Derain ou Maurice de Vlaminck ont peint cet avant et cet après. Aujourd’hui, la Grenouillère est le symbole d’un âge d’or révolu où l’homme était encore en phase avec la nature…

Ce poème de Guillaume Apollinaire, la Grenouillère paraît dans la revue Vers et Prose d’octobre-décembre 1913. Il sera mis en musique par Francis Poulenc, en 1919, sous le nom de l’Embarquement pour Cythère, pièce pour deux pianos.
Au bord de l’île on voit / Les canots vides qui s’entrecognent / Et maintenant, / Ni le dimanche ni les jours de la semaine / Ni les peintres, ni Maupassant ne se promènent / Bras nus sur leurs canots avec des femmes à grosses poitrines / Et bêtes comme chou / Petits bateaux vous me faites bien de la peine / Au bord de l’île…

Lundi 26 avril 2004
Conférence André Gill, d’Artagnan de la plume
Association des Amis des Musées de Lisieux
Espace Victor Hugo, 14H30.
Fils spirituel de Gustave Courbet, Gill combattit sa vie durant, Dame Anastasie, personnification de la censure. Il s’y vida de ses forces. Léon Gambetta et les républicains qu’il avait contribué à porter au pouvoir ne furent guère plus tendres à son égard que Napoléon le petit ou Adolphe Thiers. Il décéda à l’asile de Charenton, veillé par Émile Cohl, le père du film d’animation français…

Vendredi 14 mai 2004
Conférence Bougival, le Bal des Canotiers
Université Inter-Âges de Basse-Normandie
Antenne de Lisieux
Espace Victor Hugo, 14H30.
Le Bal des Canotiers de Bougival avait lieu le dimanche dans l’île de 1870 à 1939. Il bénéficiait de la proximité d’un grand nombre de cabarets, hôtels-restaurants et guinguettes dont Chez Souvent. Pierre-Auguste Renoir y peint la belle Suzanne Valadon. Sa famille déconseille, en revanche, à Berthe Morisot de le fréquenter, mais elle travaille à proximité. À la fin du siècle, le bal est animé par Joseph Oller, le créateur du Moulin-Rouge et tout Montmartre y accourt, Jane Avril en tête. Puis, avant la seconde guerre mondiale Fréhel vient s’y produire en récital. La salle de bal est alors rebaptisée dancing…

Vendredi 21 mai 2004
Conférence L’Absinthe, muse des peintres? (première partie : de Daumier à Van Gogh)
Université Inter-Âges de Basse-Normandie
Antenne de Caen, Campus Vissol, 14H30.
Plante bienfaisante, élixir régénérateur puis apéritif sulfureux, l’absinthe subjugue. Armoise réputée douce au toucher et amère en bouche, elle est le symbole des illusions perdues. Née en 1797 dans le Jura franco-suisse, la liqueur d’absynthe de la mère Henriod a séduit le monde entier avant d’être interdite, en France, en 1915. De nos jours, les rumeurs les plus contradictoires circulent encore à son sujet. La Fée verte rendait-elle fou ou génial ? Cette conférence tranche enfin la question, via les chefs-d’œuvre de la peinture signés Daumier, Manet, Renoir, Degas, Raffaëlli, Forain, Toulouse-Lautrec ou Van Gogh…

Vendredi 28 mai 2004
L’Absinthe, muse des peintres? (seconde partie : de Gauguin à Picasso)
Université Inter-Âges de Basse-Normandie
Antenne de Caen, Campus Vissol, 14H30.
L’absinthe n’a-t-elle suscité que des œuvres à sa gloire ? Méritait-elle ses surnoms d’Hydre verte ou de Mère des Apaches ? Oui, un peu d’absinthe étrille le Mozart qui sommeille en vous et trop l’assassine. Non, l’absinthe ne contient pas de gentiane. Oui, il existe un génie du flacon mais il n’y a pas de Dieu des ivrognes. Non, l’absinthe n’est pas forcément amère. Oui, un ouvrier absinthique renonce à se syndiquer comme le craignait Zola. Paul Gauguin confiait-il sa bouteille d’absinthe à la fraîcheur d’un puits océanien ? Le bitter du Jura est-il un philtre amoureux ou un fluide visionnaire ? Cette conférence répond à toutes ces énigmes via les chefs-d’œuvre de la peinture signés Gauguin, Munch, Béraud ou Picasso…

Samedi 19 juin 2004
Septième Fête de l’Absinthe du Village de Boveresse
www.absinthe.ch L’on y célèbre la Fée du Val-de-Travers sous toutes ses formes. Achat de plants d’absinthe, de thé à l’absinthe, de vin à l’absinthe, de décollage. Brocante, exposition, projections de films et dédicaces d’auteurs dont B. Noël.

benoit_stpetersburg

St. Petersbourg – Photo © Jean-Pierre Noël