Livres

Parisiana – La capitale des peintres au XIXe siècle
janvier 23, 2016 damir

Parisiana – La capitale des peintres au XIXe siècle

De Benoît NOEL et Jean HOURNON

Les Presses Franciliennes, Paris, 2006.
Livre broché, format 21X27, 160 pages, 159 illustrations
30 Euros

Longtemps, le français fut la langue des cours royales et des ambassades. Hier encore, les artistes étrangers venaient se former et quêter la consécration à Paris.

Quelles œuvres subsistent de cette période faste de Gustave Courbet à Berthe Morisot, d’Alfons Mucha à Henri de Toulouse-Lautrec ? L’appellation « Beaux-Arts » est-elle désuète ? Le mouvement impressionniste est-il l’arbre qui cache la forêt ? Que se trame-t-il sous les dominos du Bal de L’Opéra ? « Quelle vie ont eue nos grands-parents entre l’absinthe et les grand-messes ?» chantait Jacques Brel.

Ode aux modèles anonymes ou à Cléo de Mérode, ce livre passe au crible les « comptes fantastiques du baron Haussmann ». Assurément, Paris est cet « Eldorado qui commence au Café Tortoni des Grands Boulevards pour finir au Bois de Boulogne », toutefois Auguste Rodin n’a pas tort de prétendre : « J’ai montré à Camille Claudel où trouver de l’or mais l’or qu’elle a trouvé est bien à elle ». De la « zone » aux ateliers des faubourgs et des « fortifs » aux Champs-Élysées, découvrez une fragrance unique, à vocation universelle, Parisiana, le véritable esprit parisien…

Sommaire
Introduction : Paris en quête d’harmonie
Auguste Clésinger : Femme mordue par un serpent, 1847.
Amand Gautier : À la brasserie Andler, 1857.
Ernest Meissonier : La Campagne de France, 1864.
Gustave Courbet : L’Origine du Monde, 1866.
Ernest-Ange Duez : Gibelotte à toute heure, vers 1871.
Henri Gervex : Rolla, 1878.
Maurice Leloir : La dernière visite de M. Voltaire à Paris, 1878.
Félicien Rops : Pornokratès, 1878.
Jules Chéret : Le Grand Panorama des Cuirassiers de Reichshoffen, 1881.
Adolphe Willette : La Muse Verte, 1881.
André Gill : Le Fou, 1882.
Mars (Emmanuel de Bonvoisin, dit) : Baigneuse, 1882.
Berthe Morisot : La Seine à Bougival (Le Bal des Canotiers), 1884.
John Singer Sargent : Portrait de Madame***, 1884.
Roger Jourdain : Un Nuage, 1885.
Henri de Toulouse-Lautrec : La Blanchisseuse, 1886.
Jacques-Émile Blanche : Pierre Louÿs et Henri de Régnier, 1893.
Ferdinand Lunel : Bal Masqué au Théâtre de l’Opéra, 1893.
Alfons Mucha : Papeterie, vers 1894.
Alexandre Falguière : Diane ou danseuse, 1896.
Édouard Debat-Ponsan : La vérité sort du puits, 1898.
Théophile-Alexandre Steinlen : L’Assommoir au Théâtre de la Porte Saint-Martin, 1900.

Parisiana